12 avril 2006

Joli non ?

A l'auberge du Galion, un invité de marque...

perroquet

Posté par tillou à 19:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


27 mars 2006

Bon, la suite de la suite de Cacao again.

Yes, gagné la voilà (enfin une partie, ça continue...)

Bon, nous en étions je crois au repas !

La faim se faisant sentir de façon insistante nous décidons de manger au restaurant de Bellevue, façon aussi de le remercier de sa gentillesse et de l'autorisation de monter en 4X4.
Sautez sur les brochettes ! A la place des cure-dents habituels, se sont de vrais sabres, et la viande (crevettes, agneau ou boeuf essssssskélent)

repas_cacao

Il nous reste une heure ou 2 avant le prochain repas, vite, direction le saut "Bief" pour une sieste bien méritée !
(Je rappelle qu'un saut, c'est un passage difficile, avec courant et rochers dans une rivière, mais franchement, vous n'y mettez pas du votre...)
Je me dépêche de planter le hamac, silence, papa dort...

sieste

Scènes champêtres et familiales au bord de la Comté, moment rare de calme et de félicité (rare, si rare...)

comt_

comt_1

peace

Voilà, faut pas grand chose pour être heureux, une parenthèse dans le quotidien, des regards et des silences partagés... C'est pas les aventuriers de l'arche perdue, mais un carat de bonheur dont on se souviendra tous...

 

Posté par tillou à 17:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Bon, la suite

Il est 21H30, heure de Guyane, + 5 pour vous, pauvres métros...
Je suis assis sur la terrasse, caché derrière l'ecran de mon ordinateur portabeul... l'instant est crucial, je n'ose émettre le moindre son. Même le tic tic de mes doigts sur les touches du clavier semble sonner le glas de ma tranquilité.
Virginie et ses parents dissertent sur les courses du lendemain. Oh la la... ça va chier !

courses1

Le ton monte, et l'huile, combien ? le thon et les sardines ? poisson, légumes, glaces... Silence, affaire de famille, sans moi.
Les courses en Guyane, c'est pas forcémment simple, mais là c'est le Cora, plus habituel, le timing est plus facile.
La liste des courses s'allonge, je me demande s'il est plus interressant de louer un pick-up ou faire 3 voyages hyper/maison.
Je vais tenter en direct de faire la photo de la liste... pas terminée... à tout de suite...

courses22

Posté par tillou à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2006

On the (Cacao) road again, again

Bon première de mes sorties avec les beaux-parents aujourd'hui.
Hier ils ont passé la journée avec Virginie à Sinnamary, les ibis rouges et tout et tout. Revenus vers 20H00, moi content, car beaux-parents et fifille fatigués = votre serviteur et les enfants à peu près tranquilles.
La bonne nouvelle c'est que ce matin, ils avaient parfaitement récupéré, la mauvaise nouvelle aussi !!!
Premières suées au petit déjeûner :
Moi pour qui chaque matin ressemble à "pelochon blues" de Gotainer (glauque, atone et l'humeur noire comme le café que j'ingurgite d'un coup avec les mouches), moi pour qui une simple miette de la veille ressemble à une plage de vendée à 18H00 au mois d'août, j'ai du supporter cela :

titdej

Jusqu'à 10H00 !!!

Après tout, peut-être suis-je en train de gagner mon paradis... Je décide de faire bonne figure (lol), et vais jusqu'à pousser un "humf" pour saluer la compagnie, mon dieu, mon dieu que c'est difficile...

Départ à 11h00. En montant dans la voiture, je crois entendre le beau-père dire qu'il a un petit creux... Le voyage va être long.

Nous sommes déjà allé à Cacao avec eux l'année dernière ; là, nous décidons de pousser vers un magnifique point de vue avant les carbets de "bellevue". En fait, l'endroit appartient aux mêmes propriétaires, et nous leurs demandons l'autorisation d'y monter en voiture, le chemin étant assez ardu pour nos hôtes.

"Les jardins du ciel"

jardins_du_ciel

L'endroit porte vraiment bien son nom. Les proprios aménagent ici un lieu à la vue merveilleuse. Ils plantent des fleurs et des arbres partout, et ont construit un grand carbet, début d'un projet ambitieux de plusieurs bungalows.

26_mars_008

26_mars_007  26_mars_012  26_mars_0201

Vrai moment de bonheur, le ti-punch devant cette formidable vue. Les effets sont immédiats sur belle-maman !!!

punch

punch2

Quel exemple pour les jeunes générations !!!

Et comme cela fait au moins 2h00 que nous somme à jeun, devinez ce qui va suivre...

a_demain

Posté par tillou à 17:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 mars 2006

Les belles histoires de tante Virginie...

Iles du salut ou îles du diable ?

Tout dépend de quelle époque on parle, mais aujourd’hui ce sont celles du salut, au nombre de trois « Royale » « Saint Joseph » « le Diable ». Je ne me lancerai pas dans leur histoire, beaucoup l’ont parfaitement fait avant moi (entre autres le livre de Guy Delabergerie, il reflète bien la singularité de ces lieux).

Pour ma part, fidèle à notre philosophie  « bon enfant », je vous raconte notre première…

Dimanche de septembre, tout le monde est rentré, boulot/école, sauf moi…veinarde, et je m’emploie comme d’habitude à ce que les WE ne soient pas inactifs. Donc départ pour Kourou où j’ai réservé des places sur un catamaran. Génial, nous allons passer la journée sur le bateau et sur les îles par un temps superbe, je le sens bien, même si certains prédisent qu’il va pleuvoir (Bouh les tristes…) ! Je reste optimiste, l’avenir me donnera raison une fois de plus (hein ! mon chéri…).

Nous arrivons au lieu de rendez vous fixé, Pascal et moi, Arthur, Lucille et Pomme (notre chienne de  4 mois alors qu’il n’est pas question de laisser seule).

Ca se corse, comme souvent pour les départs…

On finira par s’habituer c’est sûr, mais en attendant personne, ni cabane, ni maison, ni âme qui vive, une chance il y ait bien des bateaux sur l’eau !

salut1

Pas d’affolement il suffit sûrement de patienter un peu pour que tout s’éclaire. En effet au bout du quart d’heure d’attente réglementaire en Guyane, une camionnette arrive, enregistre nos noms et nos paiements. Arrive notre skipper, cool, tout baigne, on embarque.

Et là c’est comme dans les films : Il fait beau, de belles filles en maillot de bain (nous…), la mer, les oiseaux et du planteur à volonté.

salut2

Au programme de la journée, un premier arrêt sur l’île St. Joseph ou nous pique-niquerons, puis direction île Royale et départ prévu à 17h00.

Les enfants sautent du catamaran pour rejoindre l’île à la nage, nous préférons prendre Pomme et la glacière dans le zodiaque. En fait, l’eau n’est pas aussi claire que ce que l’on a bien voulu me dire, je n’ai pas pied bien entendu, et j’ai peur de ce qu’il peut bien avoir sous l’eau !

Nous voici sur St Joseph, superbe, sauvage, nous nous dirigeons vers la plage. Un détail que notre entourage a omis de préciser c’est qu’il n’y a pas de véritables plages où l’on se baigne aisément, en tout cas à marée haute, faites attention.

En effet, curieusement, ce jour là personne ne se baigne, mais Arthur et moi avons chaud et la mer nous tend les bras, alors nous allons faire preuve de bravoure.

D’accord il faut d’abord marcher sur des  rochers hyper glissants et du coup très dangereux, mais qu’à cela ne tienne, Arthur se jette à l’eau en premier, et quand je m’apprête à faire de même, une vague plus forte que les autres me rabat le derrière au milieu des rochers, pas de casse mais un belle frayeur.

C’est alors que je réalise ma bêtise, mère inconsciente ! Les vagues sont véritablement puissantes et le courant très fort, je prends panique en voyant Arthur dans l’eau, lui somme de revenir, il commence bien entendu par me traiter de mère poule mais s’aperçoit vite que son arrivée sur le bord n’est pas si simple.

Après ces émotions nous nous calons le plus confortablement possible au creux des rochers, Lucille nous a rejoint, et nous attendons que les vagues viennent nous fouetter le visage et le corps, massage garanti !

Mais au fait qui dit rocher au bord de la mer, dit probabilité de crabes, de poulpes ou que sais-je encore ? Viiiiite les enfants il est l’heure d’aller manger, votre père doit avoir faim !!!

Tandis que nous nous délectons avec notre pique-nique, nous découvrons Pomme à l’assaut d’une noix de coco… à force de patience elle l’a nettoyée en deux temps trois mouvements, elle s’est régalée, surprenant !

Petite sieste bien méritée, et nous voici partis à la découverte de l’île :

Cimetière des surveillants, quartier disciplinaire, couloir des cages des condamnés, dortoirs… Le tout laissé à l’abandon, la végétation reprenant le dessus petit à petit au milieu de ces bâtiments encore si « présents », avec leur histoire si proche et tellement incroyable de cruauté et de honte.

salut3

Oui il faut regarder ce qu’a été cette réalité en face, mais bon sang, que ça fait froid dans le dos, un sentiment de malaise s’installe, nous rejoignons le point de rendez vous par un chemin magnifique en bord de mer, je ne peux pas m’empêcher de penser à ceux qu’il l’ont défriché, aplani et foulé avant nous, quel absurdité.

salut41

Re-bateau direction « Royale ». A peine quelques minutes et nous voici sur cette deuxième île qui offre des points de vue superbes sur les deux autres. Nous attaquons le chemin par la droite, histoire de ne pas se mêler au plus grand nombre qui se dirige de l’autre côté. Nous sommes un peu sauvages, vous-ai-je déjà prévenu ?

Nous avons alors la chance d’assister à un bal de tortues qui, tour à tour viennent sortir la tête de l’eau comme si elles venaient voir à quoi on ressemble, puis replongent dans leur univers marin, je suis émerveillée, mais tout le monde m’attend, en route !

Nous longeons des ateliers, un abattoir, la piscine des bagnards… Le tout au fil d’une légère bise, d’un soleil généreux et de paysages de toute beauté. Nous nous dirigeons vers le haut, en chemin rencontre avec des singes, super ils viennent manger notre goûter dans nos mains, du coup plus personne n’a faim on resterait des heures à les observer.

salut51

Peut être parce que nous pressentons que la prochaine découverte n’est pas du même style : cellules, pénitencier, hôpital, quartier des surveillants transformés en « bungalow » rustique accueillant les gens venus passer un WE de farniente.

En ce qui me concerne, pas la peine de me faire cette surprise un jour, cela ne me dit rien du tout de dormir ici ! A la limite sur la plage en hamac et encore… J’ai vraiment du mal à profiter pleinement de ces lieux qui pourraient être idylliques si ce n’est toute l’horreur qui les a habitée.
(« C’est l’enfer au paradis… » Albert LONDRES – …de pascal)

En attendant nous croisons énormément d’agoutis, qui ne sont pour moi que de gros rats haut sur pattes qui feraient bien mieux d’être plus sauvages histoire que je ne les remarque pas !!!

C’est vrai quoi ! Je préfère de beaucoup ces magnifiques perroquets d’un vert si vifs que nous les avons presque loupés dans l’arbre…

Mais il était écrit que notre ballade serait ponctuée de douches froides et de douches chaudes, nous sommes devant le cimetière des enfants, no comment…

De la troisième île, du diable*, nous ne verrons que la maison et le banc de Dreyfus ainsi que l’endroit ou arrivait le treuil pour le ravitaillement.

salut6

C’est l’heure du départ, nous sommes prêts, mais pas de catamaran à l’horizon, en fait on n’est même plus surpris ! Qu’importe, il fait bon, la lumière tombe et les couleurs deviennent encore plus belles, les urubus** volent au dessus de nos têtes, les tortues sont toujours au rendez vous tout est réuni pour nous faire patienter dans de bonnes conditions, et heureusement car ce n’est qu’au bout d’une heure, peut être deux, que le bateau vient nous chercher.

salut7

On pourrait penser que nous sommes très impatients***, et curieusement il n’en est rien si ce n’est quelques inquiétudes des enfants qui ont école de bonne heure le lendemain.

Non seulement, nous sommes calmes, mais maintenant ravis car notre retour s’effectue au clair de lune avec des cieux remplis d’étoiles, on voit la voie lactée, la lune (pas dans le sens habituel, nous sommes proches de l’équateur !). Que demande le peuple ? Un planteur ? pas de panique le voici qui « court », elle est pas belle la vie ?

salut81

Retour de rêve, inoubliable.

Nous prenons congés de nos skippers, les remerciant de leur retard et direction la maison avec une halte au premier petit lolo**** : Super madras***** pour tout le monde, ça ouvre l’appétit les ballades nocturnes !

Curieuse journée où se sont mêlés splendeur et horreur, à ne pas rater quoiqu’il en soit, c’est beau, c’est grave, et important.

Comme d’hab, je tiens les adresses et renseignements à votre disposition… Biz

*   L’île est interdite d’accès.

** Charognard commun en Guyane, moche à terre, mais excellent voilier

*** Notion très « métro » que l’on est obligé d’oublier rapidement sous cette latitude !

**** Baraque à sandwiches

***** Z’avez qu’à venir !!!

Posté par tillou à 17:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

01 mars 2006

Les belles histoires de tante Virginie

Notre toute première balade en Guyane, ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !

Depuis 3 semaines en Guyane….

Hôtel (cool les 8 premiers jours), puis la galère pour récupérer notre container, l’emménagement….

Il fait chaud c’est dingue !

Et 3 enfants à qui il faut expliquer qu’ils sont aussi concernés par les cartons, un mari qui travaille beaucoup…

Un beau jour mon sang ne fait qu’un tour, je prends mon guide et cherche par où nous allons

commencer nos aventures guyanaises, car après tout on est surtout venu pour ça.

J’appelle « Gingembre Sirop » (le nom est déjà prometteur…), j’ai du mal à comprendre mais qu’importe l’affaire est faite, j’ai réservé une pirogue pour voguer sur les marais de Kaw, un petit dîner au village puis ballade de nuit à la recherche des caïmans….

Nous voici sur la route, superbe, magnifique, génial…

Les enfants commencent à ne plus supporter nos « oh ! c’est beau regardez cet arbre ! » « et celui ci ! encore plus beau… ».Il est certain que les arbres il y en a …et c’est pas fini, pour ceux qui n’aimeraient pas, fuyez la Guyane !

Bref après 1h30 de route délicieusement sinueuse nous débouchons au détour d’un virage sur le bout de la route qui plonge dans le marais… Curieux, pas de village, 1 ou 2 voitures certes mais personne pour nous accueillir … Serions nous en retard ? Cet endroit est véritablement insolite, superbe mais surprenant.

Il fait chaud, 15h00… Bon nous allons nous mettre à l’abri du soleil sous une sorte d’abri-bus (enfin façon de parler car les bus ici sont rares à mon avis !). Nous restons discrets, un jeune homme est assis là lui aussi, que nous ne voulons pas déranger avec nos bavardages et discussions sur ce qui a bien pu arriver à notre guide. Pas de panique, en Guyane il faut être zen paraît-il et surtout ne pas être pressé, 20 minutes passent, je suis calme, mais bon comment va se finir cet après midi ?

Quand, mine de rien, le jeune homme, assis là depuis le début, nous adresse la parole :

- Vous allez en visite sur le marais de KAW ?

- …..EUH oui..(non mais sans blague à son avis on est là pour quoi d’autre ?)

- Ah ! et bien c’est moi qui vous emmène, allons y.

- Euh…c’est à dire…on a réservé..

à vrai dire nous sommes plutôt inquiets et gênés, ce gars là nous intrigue, il nous a laissé poireauter pendant 20 minutes et d’un coup il nous annonce l’air de rien que c’est lui notre guide….cela sent l’arnaque à métro ! mais que faire il n’y a personne d’autre ….

- Euh vous faites partie de quelle agence ?

- Agence ? je ne sais pas, je vous emmène sur le marais, puis au village pour dîner

- …Et à quel restaurant vous nous déposez ?

- A Gingembre Sirop, c’est très bon

- Yes ! il a dit le mot magique… C’est forcément lui, et puis de toute façon quelle est l’autre alternative ?

Ca y est nous y sommes sur le marais dans notre pirogue, et c’est tout simplement féerique ! les oiseaux, les aigrettes, le grand blanc, le « zozo couillon »…

Et puis tous les autres que j’oublie. Le paysage est unique : eau, marais, arbres, montagne au loin….et lorsque le moteur s’arrête…c’est le paradis.

Mais oh ! là ! Une autre pirogue ! Qu’est ce qu’ils font là ? Ils nous dérangent et surtout osent nous dépasser ! Qu’à cela ne tienne notre jeune piroguier ne s’en laisse pas conter, il nous demande de tenir nos casquettes et c’est parti… Course poursuite ! Chouette de l’air cela fait du bien, car cela a beau être superbe, on crame malgré chapeau et crème. Pirogue adverse dépassée, moteur décrassé : mission accomplie, l’honneur est sauf.

Ce n’est pas le tout mais ça ouvre l’appétit, direction le village pour nous restaurer. En chemin nous laissons la priorité à un troupeau de buffles qui traverse la marais pour rejoindre une ferme au bord de l’eau...hallucinant !

kaw1

Encore quelques minutes et ça y est nous y sommes : KAW. Nous entrons par un chenal au bord duquel se trouve la maison de la nature construite en bois, très jolie est surtout bien aménagée avec un caïman en cire et des panneaux d’informations.

Après toutes ces émotions nous allons tout doucement chercher notre restaurant en découvrant le village :

Petit bourg tranquille, chemin en terre battue, plutôt calme, une poste (on ne l’aurait pas parié..), carbets, « Maman, il y a des poules dans les rues ! » s’exclame notre citadine de fille, vraiment chouette mais très différent de ce qu’on peut imaginer débarquant de la lorraine profonde !

Quoiqu’il en soit pas l’ombre d’un resto, finalement un passant nous indique où il se trouve, juste à droite après le coin…

Curieux toujours rien…

Et pourtant sous ce grand carbet recouvert d’une énorme bâche où on ne voit pas grand chose… Il semble bien… Mais oui ce sont nos 5 couverts qui sont dressés sur la table ! Là au milieu de nulle part ! Pas de doute on a beau se retourner il n’y a que nous qui ne sommes pas du pays, c’est donc notre table ! Chouette j’ai faim.

restaurant

Au menu atipa, poisson du marais, aux allures préhistoriques (et spécialité reconnue du coin)... Sympa comme attention, sauf que c’est sans compter tous les « cerceaux » rigides qu’il faut enlever avant de trouver la chair, ces "écailles" sont plutôt curieuses !!!

Toute petite nature que je suis il ne sera pas dit que je ne mangerai pas...

Mais de là à dire que j’ai apprécié... C’est une autre histoire ! Pas grave, je me suis gavée de glace à la cacahuette, pour ceux qui ne connaissent pas faites vite, vous ne pouvez pas continuer à vivre sans tester !

La nuit est tombée, c’est l’heure d’aller voir les caïmans… Au fait, suis-je vraiment certaine de vouloir me trouver nez à nez avec cette créature, dans une pirogue qui plus est, où je ne pourrai plus bouger ? Pas sûr, mais je crois qu’il est un peu tard pour y penser, nous voici embarqués et la « chasse » commence, je vous rassure on ne tue personne !

Les lampes sont allumées et nous apercevons des yeux… Notre guide arrête la pirogue, pas un bruit, tout juste si nos cœurs battent encore, il se penche pour attraper un caïman et oups…patatras le voilà à l’eau : La bête l’a fait basculer !!!

Du coup il se met à sa recherche pied nu dans le marais… Je vous promets ! Je ne veux même pas imaginer ce sur quoi il peut marcher vase ? Bestioles ? Serpent ? et pourquoi pas un caïman… En attendant nous avons une araignée dans la pirogue et je ne peux ni crier ni bouger… Pratique !

Finalement si nous laissions les caïmans faire leur vie ?

TROP TARD voici notre guide qui revient avec un spécimen, un petit paraît-il, mais c’est déjà trop grand pour lui et moi dans la même pirogue !

_caiman

La photo traditionnelle avec les enfants, mais moi n’insistez pas je ne le porterai pas, non non je ne me sentirai pas plus forte si je le fais, bon d’accord je le touche du bout du doigt cela suffira !

Eh bien contre toute attente, maintenant qu’il est retourné à l’eau, je suis émerveillée comme une enfant d’avoir vu de si près ce caïman au beau milieu du marais par une nuit étoilée…

C’est superbe et extraordinaire voilà tout.

Retour au débarcadère, nous reprenons la route, Pascal conduit vaillamment, les enfants et moi partons dans un sommeil ponctué d’images les plus folles d’une journée bien remplie.

Et si c’était à refaire ?

Quand vous voulez ! En plus il y a plein de formules différentes et sympas pour découvrir ce coin… Contactez moi !

Posté par tillou à 13:39 - - Commentaires [11] - Permalien [#]