13 mars 2006

Le dimanche

Hors des randonnées et autres visites, le week-end "cliché" des guyanais c'est le carbet. Ami métro, je te rappelle qu'un carbet est un abri, souvent en bois qui va du simple toit à la véritable résidence secondaire.

carbet

carbet1

Le carbet est souvent au bord d'un fleuve, et on y accède de préférence en bateau, ou mieux en "coque", la coque étant une barque sommaire, en alu, très adaptée à la circulation sur les rivières de Guyane qui ont beaucoup d'écueils, et parfois très peu de fond en saison sèche.

boat

La mise à l'eau des bateaux ressemble souvent au départ en vacances de métropole, on bouchonne au degrad (le port) en attendant de pouvoir enfin goûter à l'ivresse des embruns...
Sur place, une fois installés, c'est chaqu'un fait fait fait cqu'il lui plaît, plaît, plaît... Pêche, baignade, ski, sieste...

peche

Hier pour moi, c'était pêche dans le chenal de degrad des cannes, à l'embouchure du Mahury.
3 heures de houle, de pluie et de vent pour un malheureux machoiran et un poisson boule ; une vraie calamité ce poisson, il se gonfle quand on le remonte, il est immangeable et cisaille les lignes...
Dégouté, mais il semble que la période soit vraiment mauvaise (ouf, c'était pas moi)...
Les photos qui suivent sont donc un peu anciennes.
Le machoiran pesait 8 KG et la raie 10 KG !!!

peche31

Et pour finir, mon premier poisson pris en Guyane (un acoupa), avec l'ami Philippe

peche11

Posté par tillou à 10:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


10 mars 2006

Braziiiiiiiiiil, lalalalalalalalaaaaaaaaaaaa, lalalalalalalalaaaa

17_fevrier_2006_068

Pas question pour moi de prendre une quelconque position sur les brésiliens(nes) en Guyane. Tout est n'importe quoi a été dit à ce propos, pour schématiser : Les brésiliens sont des voleurs (ou pire...), les brésiliennes sont des femmes faciles (surtout pour les seniors...), bref, une réputation sulfureuse qui est surtout liée (cela n'engage que moi) à une profonde différence de culture et de choix de vie.
C'est vrai, il y a beaucoup de clandestins brésiliens en guyane, et donc de la délinquance et ça défouraille sec dans les camps d'orpaillage ;
C'est vrai, les brésiliennes sont de redoutables amantes (on m'a raconté !...) et sont d'une totale impudeur.
Bref, ils sont nombreux à vivre ici, font beaucoup la fête, font beaucoup la fête et font beaucoup la fête, de quoi susciter quelques jalousies...

Allez, les dernières du carnaval...

17_fevrier_2006_053

17_fevrier_2006_062

Et pour ceux qui souhaitent aller un peu plus loin, une étude intéressante : Le modèle brésilien dans la société guyanaise

Posté par tillou à 14:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 mars 2006

Youpiiiiiiii, c'est mercredi...

... et c'est jour de marché !

march_
A Cayenne

Posté par tillou à 19:52 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

07 mars 2006

La chenille, la chenille...

Ben mince alors, moi qui ne cesse de dire à tous les internautes (merci à tous de vos encouragements) que les bebêtes on ne les voit pas beaucoup, maintenant il y en a partout ! Loi de Murphy ou saison des pluies assez longue et très...mouillée, le fait est que ça bouge dans tout les sens en ce moment (et bientôt les tortues luth...).
A peine les sauterelles disparues (snif, elles sont parties) que voilà une superbe invitée surprise, tranquillement installée sur le fauteuil de la terrasse.

chenille

Etonnant, elle possède un genre de long poil souple à l'arrière (12 minutes pour savoir où était l'arrière) et s'en sert un peu comme un scorpion pour peu qu'on l'asticote un peu, avec une tige bien entendu. Bref, elle essaie de nous faire peur et ça marche, pour Virginie en tout cas.

chenille2

Quel (beau ?) papillon cela va t'il faire ???

chenille3

Posté par tillou à 01:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

06 mars 2006

Et le climat

Voilà ce qu'on ecrit généralement

Le climat est de type équatorial, à température presque constante, les minimums avoisinant 22°C et les maximums proches de 36°C. Le trait essentiel est évidemment l'humidité relative dont le taux descend rarement en dessous de 80 %.
Les pluies (de 2500 à 4000 mm/an) diminuent d'intensité vers l'ouest et surtout vers l'intérieur.

Elles déterminent quatre saisons :

  • la petite saison des pluies de décembre à février ;

  • le petit été de mars ;

  • la grande saison des pluies d’avril à juillet ;

  • la grande saison sèche d’août à décembre.

La Guyane est exposée aux alizés du secteur Est, mais les cyclones y sont inconnus

Dans les faits, les choses sont loin d'être aussi tranchées et les bulletins météo se ressemblent jour après jours, pour résumer  : "Après la pluie le beau temps et réciproquement".

La chaleur est parfois vraiment étouffante, mais on s'habitue assez vite. L'eau qui nous semblait si chaude à notre arrivée ne l'est plus, certaines soirées nous semblent même fraîches (24° brrrrrrrrrr...). Par contre glacière conseillée pour les courses, et vérification du chocolat avant de quitter le supermarché !

L'humidité aussi n'est pas si dure à vivre qu'on veut bien le dire, mais demande une organisation particulière au quotidien. Entre autres, faire attention à l'électronique (climatisation conseillée, ou ordinateur toujours allumé), bien aérer les placards, utilisation abusive de boîtes hermétiques pour les aliments secs (chips, cacahuettes etc..) et le maximum de produits au frigo...
Par contre, impossible de garder longtemps du pain croustillant !!!

humide

Température : 25° dehors et 26° à l'intérieur, humidité 89% dehors et 79% à l'intérieur... Une matinée assez habituelle en somme !

Posté par tillou à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


03 mars 2006

Le Tatou

Un petit tatou rencontré à Montjoly, devant le collège Auguste Dédé. Tout mignon, à peine farouche, mais beaucoup plus vif que j'imaginais lorsque j'ai voulu le ramasser !!!

tatou4

Posté par tillou à 01:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Les sauterelles

Elles sont arrivées comme ça, d'un coup, petites tâches sages alignées au bord de la piscine.

sauterelles1

De magnifiques petites sauterelles rouges et noires, une cinquantaine, pas plus, au comportement bien étrange...

Elles ont élu domicile dans le pot du milieu...

sauterelles2

Tout les matins, elles s'installent près de l'eau, et ne bougent plus... Sauf quand notre chienne passe un peu trop près, quelques unes alors sautent alors dans la piscine et je suis obligé de les repêcher à l'épuisette.
Lorsqu'il pleut, ou que le soir tombe, elles se dirigent calmement, à la queue leu leu vers un écrou qui servait à l'époque à maintenir un plongeoir...

sauterelles3

...puis grimpent dans le pot à l'aide d'un petit rejet de plante qui pendouille à portée.

sauterelles41sauterelles52

sauterelles6

Voilà, ce rituel se reproduit chaque jour depuis 2 semaines.
Les oiseaux ne les attaquent pas, sont elles vénéneuses ?
Un ami me dit que ce sont des sauterelles "arlequin", très destructrices losqu'elles ont atteint l'age adulte (ce sont donc des bébés ?), mais je ne trouve nulle part de référence à cette appellation.
Peut-être vous ami lecteur ?

A suivre...

sauterelles7

sauterelles8

sauterelles9

sauterelles10

Posté par tillou à 00:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

01 mars 2006

Les belles histoires de tante Virginie

Notre toute première balade en Guyane, ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !

Depuis 3 semaines en Guyane….

Hôtel (cool les 8 premiers jours), puis la galère pour récupérer notre container, l’emménagement….

Il fait chaud c’est dingue !

Et 3 enfants à qui il faut expliquer qu’ils sont aussi concernés par les cartons, un mari qui travaille beaucoup…

Un beau jour mon sang ne fait qu’un tour, je prends mon guide et cherche par où nous allons

commencer nos aventures guyanaises, car après tout on est surtout venu pour ça.

J’appelle « Gingembre Sirop » (le nom est déjà prometteur…), j’ai du mal à comprendre mais qu’importe l’affaire est faite, j’ai réservé une pirogue pour voguer sur les marais de Kaw, un petit dîner au village puis ballade de nuit à la recherche des caïmans….

Nous voici sur la route, superbe, magnifique, génial…

Les enfants commencent à ne plus supporter nos « oh ! c’est beau regardez cet arbre ! » « et celui ci ! encore plus beau… ».Il est certain que les arbres il y en a …et c’est pas fini, pour ceux qui n’aimeraient pas, fuyez la Guyane !

Bref après 1h30 de route délicieusement sinueuse nous débouchons au détour d’un virage sur le bout de la route qui plonge dans le marais… Curieux, pas de village, 1 ou 2 voitures certes mais personne pour nous accueillir … Serions nous en retard ? Cet endroit est véritablement insolite, superbe mais surprenant.

Il fait chaud, 15h00… Bon nous allons nous mettre à l’abri du soleil sous une sorte d’abri-bus (enfin façon de parler car les bus ici sont rares à mon avis !). Nous restons discrets, un jeune homme est assis là lui aussi, que nous ne voulons pas déranger avec nos bavardages et discussions sur ce qui a bien pu arriver à notre guide. Pas de panique, en Guyane il faut être zen paraît-il et surtout ne pas être pressé, 20 minutes passent, je suis calme, mais bon comment va se finir cet après midi ?

Quand, mine de rien, le jeune homme, assis là depuis le début, nous adresse la parole :

- Vous allez en visite sur le marais de KAW ?

- …..EUH oui..(non mais sans blague à son avis on est là pour quoi d’autre ?)

- Ah ! et bien c’est moi qui vous emmène, allons y.

- Euh…c’est à dire…on a réservé..

à vrai dire nous sommes plutôt inquiets et gênés, ce gars là nous intrigue, il nous a laissé poireauter pendant 20 minutes et d’un coup il nous annonce l’air de rien que c’est lui notre guide….cela sent l’arnaque à métro ! mais que faire il n’y a personne d’autre ….

- Euh vous faites partie de quelle agence ?

- Agence ? je ne sais pas, je vous emmène sur le marais, puis au village pour dîner

- …Et à quel restaurant vous nous déposez ?

- A Gingembre Sirop, c’est très bon

- Yes ! il a dit le mot magique… C’est forcément lui, et puis de toute façon quelle est l’autre alternative ?

Ca y est nous y sommes sur le marais dans notre pirogue, et c’est tout simplement féerique ! les oiseaux, les aigrettes, le grand blanc, le « zozo couillon »…

Et puis tous les autres que j’oublie. Le paysage est unique : eau, marais, arbres, montagne au loin….et lorsque le moteur s’arrête…c’est le paradis.

Mais oh ! là ! Une autre pirogue ! Qu’est ce qu’ils font là ? Ils nous dérangent et surtout osent nous dépasser ! Qu’à cela ne tienne notre jeune piroguier ne s’en laisse pas conter, il nous demande de tenir nos casquettes et c’est parti… Course poursuite ! Chouette de l’air cela fait du bien, car cela a beau être superbe, on crame malgré chapeau et crème. Pirogue adverse dépassée, moteur décrassé : mission accomplie, l’honneur est sauf.

Ce n’est pas le tout mais ça ouvre l’appétit, direction le village pour nous restaurer. En chemin nous laissons la priorité à un troupeau de buffles qui traverse la marais pour rejoindre une ferme au bord de l’eau...hallucinant !

kaw1

Encore quelques minutes et ça y est nous y sommes : KAW. Nous entrons par un chenal au bord duquel se trouve la maison de la nature construite en bois, très jolie est surtout bien aménagée avec un caïman en cire et des panneaux d’informations.

Après toutes ces émotions nous allons tout doucement chercher notre restaurant en découvrant le village :

Petit bourg tranquille, chemin en terre battue, plutôt calme, une poste (on ne l’aurait pas parié..), carbets, « Maman, il y a des poules dans les rues ! » s’exclame notre citadine de fille, vraiment chouette mais très différent de ce qu’on peut imaginer débarquant de la lorraine profonde !

Quoiqu’il en soit pas l’ombre d’un resto, finalement un passant nous indique où il se trouve, juste à droite après le coin…

Curieux toujours rien…

Et pourtant sous ce grand carbet recouvert d’une énorme bâche où on ne voit pas grand chose… Il semble bien… Mais oui ce sont nos 5 couverts qui sont dressés sur la table ! Là au milieu de nulle part ! Pas de doute on a beau se retourner il n’y a que nous qui ne sommes pas du pays, c’est donc notre table ! Chouette j’ai faim.

restaurant

Au menu atipa, poisson du marais, aux allures préhistoriques (et spécialité reconnue du coin)... Sympa comme attention, sauf que c’est sans compter tous les « cerceaux » rigides qu’il faut enlever avant de trouver la chair, ces "écailles" sont plutôt curieuses !!!

Toute petite nature que je suis il ne sera pas dit que je ne mangerai pas...

Mais de là à dire que j’ai apprécié... C’est une autre histoire ! Pas grave, je me suis gavée de glace à la cacahuette, pour ceux qui ne connaissent pas faites vite, vous ne pouvez pas continuer à vivre sans tester !

La nuit est tombée, c’est l’heure d’aller voir les caïmans… Au fait, suis-je vraiment certaine de vouloir me trouver nez à nez avec cette créature, dans une pirogue qui plus est, où je ne pourrai plus bouger ? Pas sûr, mais je crois qu’il est un peu tard pour y penser, nous voici embarqués et la « chasse » commence, je vous rassure on ne tue personne !

Les lampes sont allumées et nous apercevons des yeux… Notre guide arrête la pirogue, pas un bruit, tout juste si nos cœurs battent encore, il se penche pour attraper un caïman et oups…patatras le voilà à l’eau : La bête l’a fait basculer !!!

Du coup il se met à sa recherche pied nu dans le marais… Je vous promets ! Je ne veux même pas imaginer ce sur quoi il peut marcher vase ? Bestioles ? Serpent ? et pourquoi pas un caïman… En attendant nous avons une araignée dans la pirogue et je ne peux ni crier ni bouger… Pratique !

Finalement si nous laissions les caïmans faire leur vie ?

TROP TARD voici notre guide qui revient avec un spécimen, un petit paraît-il, mais c’est déjà trop grand pour lui et moi dans la même pirogue !

_caiman

La photo traditionnelle avec les enfants, mais moi n’insistez pas je ne le porterai pas, non non je ne me sentirai pas plus forte si je le fais, bon d’accord je le touche du bout du doigt cela suffira !

Eh bien contre toute attente, maintenant qu’il est retourné à l’eau, je suis émerveillée comme une enfant d’avoir vu de si près ce caïman au beau milieu du marais par une nuit étoilée…

C’est superbe et extraordinaire voilà tout.

Retour au débarcadère, nous reprenons la route, Pascal conduit vaillamment, les enfants et moi partons dans un sommeil ponctué d’images les plus folles d’une journée bien remplie.

Et si c’était à refaire ?

Quand vous voulez ! En plus il y a plein de formules différentes et sympas pour découvrir ce coin… Contactez moi !

Posté par tillou à 13:39 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

28 février 2006

Le téléphone et la soupe 2

Je vous avais promis de vous tenir au courant de l'état de santé du petit téléphone et...

Il est sauvé !!!

Comme neuf, la batterie vaillante et la sonerie alerte ! Une rémission totale ! Arthur, mon fils, si tu lis cela dans les froidûres des Alpes, tu dois savoir qu'il réclamait déjà sa petite carte SIM... Emotion, quand tu nous tiens...

portable
La preuve irréfutable !

Posté par tillou à 02:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2006

Grande parade, la suite...

carnaval2006_12

carnaval2006_14

Posté par tillou à 03:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]