27 février 2006

La carnaval de Cayenne 2006

Voilà, comme promis, les photos de la grand parade de Cayenne. D'après ce que je peux lire un peu partout, celle de Kourou était magnifique, et je ne la raterai pas l'année prochaine.
Demain, soirée Dominoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo !!!

carnaval2006_22

carnaval2006_29

Posté par tillou à 03:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


26 février 2006

Le port du Larivot

port_du_larivot1

Posté par tillou à 02:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 février 2006

Show must go on

Le costume pèse plus de 15 KG, la danse est trépidante, le sourire figé... Pourtant, au moment où j'appuie sur le déclencheur, la danseuse craque, submergée de douleur et de fatigue. Cela ne dure qu'une demi seconde, elle se reprend et personne n'en saura rien. Ce bref moment de faiblesse vite maîtrisée, c'est son courage révélé.

17_fevrier_2006_064_bis

danse

Posté par tillou à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2006

Le téléphone et la soupe

Arthur vient d'avoir aujourd'hui un super tel. portable, avec photo, vidéo, et même téléphone. Celui-ci vient de disparaître tragiquement dans le bouillon d' une assiette de pâtes chinoises de marque "Nissin". Le coupable maladroit, moi-même, subit depuis l'oeil noir de ses proches.
Une réanimation musclée à l'aide d'un sèche-cheveux Calor à été immédiatement entreprise, les chances de succès sont minces...
Nous vous tiendrons informés de l'évolution de l'état du petit téléphone qui sèche encore à l'heure où j'écris ses mots.

Posté par tillou à 21:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 février 2006

Le hamac !

Le hamac, "ce rectangle de temps suspendu dans le ciel " *
Pas une journée où je ne me pose pas dans mon hamac, même pour quelques courtes minutes. Si ce n'était pas le cas, ma journée en serait gachée, le sentiment d'avoir oublié ou raté quelque chose. En fait, je n'y dors que très rarement, préférant lire ou penser, doucement bercé au gré des alizés.
Comment ai-je osé m'en priver toutes ces années, quels rêves calmes et lumineux n'ai-je pas créé, combien de libellules n'ai-je pas observé, nerveuses et colorées, combien de chants d'oiseaux se sont perdus sans que je puisse apprécier leurs mélodies ?

 

C'est donc cela un "hamac"  ?

 

J'ai du retard à rattraper !...

 

Pour finir ce message, je ne résiste pas à l'envie de vous ecrire un extrait du livre cité plus bas :

 

   "Un matin que j'écrivais à l'ami, (...) une jeune femme se présenta sous la véranda de Maraponga. Je quittai ma table pour l'accueillir. Elle demandait l'autorisation d'attendre là que la pluie cesse.
   Or il ne pleuvait pas.
   Ciel radieux, même.
   C'était une fille d'une trentaine d'année, aux yeux gris, à la robe stricte, cheveux tirés et talons plats. Je ne l'avais jamais vue. Elle ne venait ni de la favela ni des maisons voisines. Soledad lui proposa une tasse de thé. Elle préféra de l'eau de coco. Quand nous revînmes avec la noix tranchée, elle était installée dans le hamac, à surveiller le ciel.
   J'ai repris ma lettre à l'ami, ravi de cette aubaine anecdotique. De temps en temps, je jetais un coup d'oeil à notre visiteuse par les persiennes qui rayaient mon bureau. Bien que Soledad lui supposât une cabeça fraca (un léger grain), elle sirotait son eau de coco avec une parfaite tranquilité. Rien d'autre dans son attitude que la sage patience d'une femme qui attend la fin d'une averse pour reprendre sa route.
   Quand je racontais la chose à Geraldo Markan, il répondit, le plus sérieusement du monde :
   - C'est qu'il devait pleuvoir ailleurs*."

* Le dictateur et le hamac - Daniel PENNAC, à lire absolument

hamac

Posté par tillou à 15:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


22 février 2006

J'arrive...

Après avoir fait mes adieux à la petite famille (bon, c'est que 2 mois, mais quand même), c'est enfin le départ. Je suis muté, avantage, je voyage en classe affaire, génial ! Fauteuil 12 positions (massant, mais cela ne gâche rien...), repas somptueux (c'est vrai que je suis bon public, mais quand même), champagne, jeux, vidéos, hôtesse, hôteeeeeeeessssssse!!!

avion

avion2

Pas grand chose à raconter sur ce voyage, si ce n'est les milliers de questions qui me traversent l'esprit durant ces 8 heures et qq. Je n'ai jamais mis les pieds en Guyane, et j'y ammène du jour au lendemain toute la famille ! Ca cause !!!...

 

Puis avant l'aterrissage, la vision de la côte et un premier contact avec les eaux limoneuses (boueuses des fois) des côtes (merci l' Amazone).

vue_avion

Puis la forêt de "brocolis" (j'ai raté la photo !!!), l'arrivée à Rochambeau, la sortie de l' aéroport et la chaleur humide qui nous saute au visage,  cette fois ça y est !!!

cayenne1

d

Posté par tillou à 01:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2006

Les moustiques

En fait, l'ennemi de l'homme en Guyane (après l'homme bien sûr), c'est  le moustique !
Ah, les moustiques du cru... Ils attaquent en bande, sont équipés de sabres aiguisés capable de vous piquer au travers des vêtements et sont si gros qu' ecrasés après une piqure il laissent souvent une peu ragoutante eclaboussure de sang.
Ils véhiculent  3 sérieuses maladies :  La fièvre jaune (vaccination obligatoire),  le paludisme ( et la dengue (prononcez dingue) qui se manifeste par des symptômes de forte grippe et peut être mortelle dans sa forme hémorragique ; à ce sujet, il est fortement déconseillé d'utiliser de l'aspirine ou autres médicaments fluidifiants du sang en Guyane.

aedes_aegypti

Le meilleur traitement est la prévention, surtout à l'heure dite de la "levée", vers 18/19h00 où tout nos petits amis vont se sustenter. Tout est bon, de la citronelle au serpentin en passant par la bombe aérosol et la raquette électrique (joie délectable et quelque peu sadique de voir les étincelles !). Ah les soirées parfumées au "OFF" et au Baygon...
De manière générale, il est bon d'éviter les vêtements sombres et humides de sueur. Certains lieux comme la plage des Hattes sont réputés pour le nombre et la taille de leur moustiques, de véritables 747 !!!
Enfin, le truc de l'ancien : Invitez à votre table de jeunes enfants ou de nouveaux métros fraîchement arrivés (si vous cumulez les 2 c'est génial), les moustiques en raffolent et vous laisseront alors tranquille (dans ce cas, prévoyez une pommade apaisante en hôte attentionnés que vous êtes, on a du savoir vivre ou en en a pas).

Posté par tillou à 14:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

19 février 2006

Les Héritiers !

Elle est belle la relève tiens !...
Voilà les trois mousquetaires de la maison ; de gauche à droite : Guillaume (18 ans), Arthur (15 ans) et Lucille (12 ans)

vacances_2005_010

Bon, ils ont de drôles de têtes sur cette photo mais je vous assure qu'ils sont beaucoup mieux en vrai (tout le portrait du papa d'ailleurs).
Guillaume est maintenant à Lyon pour ses études, mais vient régulièrement nous voir (salut fils !)

Là c'est une photo de notre mariage !!! En fait, on s'est marié juste avant de venir en Guyane, tant qu'à faire des co.....es, autant aller jusqu'au bout...

mariage_004


Posté par tillou à 22:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Les Tololos

Tout le monde (ou presque !) connait les Touloulous, mais les Tololos alors, qui connait ?
Le tololo, c'est la version masculine du touloulou, la revanche de ceux qui ne se font jamais inviter chez Nana ou Polina !!!
Ces soirées sont rares, les principales étant celle de l'Oasis (restaurant du bord de mer et créateur du concept) et celle du Grand Blanc.
Pour avoir été tololo, je peux vous confirmer que c'est une sensation grisante que de pouvoir inviter qui vous voulez, même le rateau de la semaine précédente en boîte (je ne parle pas de mon cas bien entendu...) !
Certaines profitent de ces soirées pour mesurer leur popularité et leur sex-appeal, gare à celle qui ne serait pas invitée...

tololo

Les tololos avant la bagarre !
D'autres photos

 

Posté par tillou à 20:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 février 2006

Le chien

Ce matin vers 2H00, nous avons recueilli un petit chien qui hurlait de douleur, le bassin brisé probablement par une voiture... Ca faisait longtemps qu'il était là, et personne ne voulait faire quoique ce soit. Il a bu un peu, mangé un peu,et ce matin, direction la clinique vétérinaire de Montjoly... Sans espoirs.
Voilà, c'est tout, ce n'est pas très important, mais on est tous un peu tristes.

Posté par tillou à 17:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]